La Gendarmerie pendant la guerre de Crimée - 1855

Gendarmerie geurre crimee 1855Le 7 juin 1855, les Gendarmes participent activement à la guerre de Crimée et tout particulièrement lors des combats autour de Sébastopol contre les troupes Russes.

La gendarmerie s’était d’abord rendue en Crimée pour assurer un service de prévôté. Le décret du 1er mars 1854 définissait le rôle de ces gendarmes. Les attributions du grand prévôt embrassaient tous les domaines relatifs aux crimes et délits commis dans l’arrondissement d’une armée. (plus d'informations sur https://www.force-publique.net/index.php?page=4&ch=2&idd=1529390367)

La guerre de Crimée opposa de 1853 à 1856 l'Empire russe à une coalition formée de l'Empire ottoman, de la France, du Royaume-Uni et du royaume de Sardaigne. Provoqué par l'expansionnisme russe et la crainte d'un effondrement de l'Empire ottoman, le conflit se déroula essentiellement en Crimée autour de la base navale de Sébastopol. Il s'acheva par la défaite de la Russie, entérinée par le traité de Paris de 1856.

Les manteaux Français et bonnets Russes ont été conçus en 3D par Arnaud Cowabounga.

Gendarmerie geurre crimee 1855Le 7 juin 1855, les Gendarmes participent activement à la guerre de Crimée et tout particulièrement lors des combats autour de Sébastopol contre les troupes Russes.

La gendarmerie s’était d’abord rendue en Crimée pour assurer un service de prévôté. Le décret du 1er mars 1854 définissait le rôle de ces gendarmes. Les attributions du grand prévôt embrassaient tous les domaines relatifs aux crimes et délits commis dans l’arrondissement d’une armée. (plus d'informations sur https://www.force-publique.net/index.php?page=4&ch=2&idd=1529390367)

La guerre de Crimée opposa de 1853 à 1856 l'Empire russe à une coalition formée de l'Empire ottoman, de la France, du Royaume-Uni et du royaume de Sardaigne. Provoqué par l'expansionnisme russe et la crainte d'un effondrement de l'Empire ottoman, le conflit se déroula essentiellement en Crimée autour de la base navale de Sébastopol. Il s'acheva par la défaite de la Russie, entérinée par le traité de Paris de 1856.

Les manteaux Français et bonnets Russes ont été conçus en 3D par Arnaud Cowabounga.